LA COMPRESSION : À QUOI CA SERT ?

Depuis les lycras multicolores des années 80 en passant par le manchon sur le bras d’Allen Iverson et jusqu’aux chaussettes hautes des marathoniens, il existe de nos jours une multitude de vêtements de compression adaptés à toutes disciplines sportives et aux différentes morphologies de leurs pratiquants.

Au début, les premiers vêtements sportifs de compression apportaient un maintien du corps au frais, permettaient une meilleure gestion de la transpiration ainsi qu’une réduction des frottements et soutenaient les muscles pendant l’effort.

Aujourd’hui, ces mêmes vêtements de compression sont conçus pour comprimer vos membres supérieurs et inférieurs suffisamment fort pour modifier le flux de sang et stabiliser les vibrations dans vos muscles, ayant pour résultat des déclarations audacieuses de puissance augmentée, d’une meilleure endurance et d’une récupération plus rapide.

Ces nouveaux vêtements sont les descendants directs des vêtements de contention médicaux, les jambières, qui ont été utilisées pendant des années pour traiter les caillots de sang et les troubles de la circulation sanguine.

L’essentiel est qu’ils déploient une compression "graduée" : ils compriment de plus en plus fermement en même temps qu’ils s’éloignent du cœur, ce qui réduit l’accumulation de sang dans les jambes et accélère le retour du sang vers le cœur.

Les bénéfices prouvés scientifiquement apportés par la compression sont les suivants :

  • Récupération plus rapide des courbatures et des douleurs musculaires apparaissant après l’effort.
  • Contrôle des gonflements dus à l’augmentation de la circulation sanguine pendant l’activité physique.
  • Accélération du rejet des déchets cellulaires.

Ce qui est plus sujet à controverse est la recherche gravitant autour des mouvements explosifs tels que le sprint et le saut. Un article de 1996 de William Kraemer, chercheur à l’Université du Connecticut, a mis en lumière le fait que les joueurs de volley-ball qui portaient des chaussettes de compression étaient capables de produire plus de puissance dans leurs sauts verticaux. L’une des théories était que le soutien physique apporté par les vêtements réduisait les oscillations non désirées et les chocs du muscle, c’est l’argument rationnel sous-jacent aux shorts de compression pour les joueurs de basketball, bien que des études plus récentes aient produit des résultats contradictoires.

Pour les coureurs et les cyclistes, le principal pour gagner en endurance potentielle est la "pompe du muscle du mollet" : à chaque pas ou coup de pédale, le serrage et le desserrage du mollet comprime le sang et le renvoi vers le cœur. Les chaussettes de compression qui couvrent le mollet apportent alors une pression supplémentaire qui augmente cette action de pompage et accélère le flux d’oxygène exigé pour des muscles au travail. Ce pompage augmenté est si puissant que certains chercheurs pensent qu’il n’y a aucun bénéfice au fait de porter des jambières sur toute la hauteur de la jambe plutôt que des chaussettes jusqu’au genou seulement.

Les tests sur cette prétendue amélioration de l’endurance n’ont cependant pas été concluants, en partie, selon les auteurs des études, parce qu’il est trop difficile d’appliquer exactement le même niveau de compression à des gens dont les mollets ont différentes tailles et différentes formes. Pour l’instant, personne n’a réellement réussi à déterminer précisément le niveau de compression nécessaire à l’amélioration de la performance.

Des études sur des coureurs et des cyclistes ont trouvé une performance améliorée dans les temps des essais, ou des modifications dans les mesures physiologiques telles que l’oxygénation des muscles, quand les sujets portaient des chaussettes de compression. D’autres n’ont pas réussi à reproduire ces résultats.

Le plus révélateur, sans doute, est une étude présentée par des chercheurs de l’Université de l’Indiana en 2010 portant sur un groupe de 16 volontaires courant à trois vitesses différentes avec ou sans chaussettes de compression. Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence en moyenne dans l’économie de la course à pieds, ni dans les foulées des coureurs. Mais quand ils ont analysé plus minutieusement les résultats individuels, ils ont trouvé que quatre des participants avaient vécu une augmentation importante de l’économie de course, tandis que quatre autres ont vécu une baisse significative.

De façon intéressante, les sujets dont l’économie de course a été améliorée étaient ceux qui avaient déclaré dans un questionnaire précédant l’expérience, qu’ils s’attendaient à ce que les chaussettes les aident. Il peut donc y avoir une forte composante psychologique dans les effets de la compression. Peut-être que si vous avez un sentiment et un a priori positifs sur les vêtements de compression, que vous les appréciez, alors ils marcheront bien sur vous. C’est en fait une réponse très individuelle.